Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 11:12

09

Juin

2011

Ne-t-inquiete-pas-pour-moi-d-Alice-Kuipers.png

 

 

 

- Alice Kuipers est née à Londres en 1979. Elle vit aujourd'hui à Saskatoon au Canada [...]

- Ne t'inquiètes pas pour moi (Life on the refrigerator door) a été publié en 2008 aux éditions Albin Michel (première édition : Macmillan - Londres, 2007).

 

 

 

Ne t'inquiètes pas pour moi - Alice Kuipers

 

 

Quatrième de couverture

 

Maman, je suis allée au supermarché. Regarde dans le frigo.

J'ai arrosé les plantes. J'ai nettoyé la cage de Jeannot Lapin. J'ai rangé le salon. Et la cuisine. Et j'ai fait la vaisselle aussi.

Je vais me coucher.

Ton esclave à domicile, Claire.

 

Une correspondance par Post-it sur le frigo entre une mère et sa fille. Lorsque sa mère tombe malade, le temps presse mais l'espoir demeure. Un livre comme un trésor qui chuchote à l'oreille l'importance de ceux qu'on aime...

 

 

 

                    Editions Albin Michel

                   de 2008, 242 pages

 

 

Mon avis

 

Ce livre est construit qu'à travers les petits mots échangés entre Claire âgée de 15 ans, menant une vie bien remplie d'adolescente  (les cours, les copines, les premiers petits copains et le baby-sitting pour gagner un peu de sous)  et sa mère divorcée, médecin donc souvent retenue à l'hôpital.
Un roman vraiment poignant qui se lit très vite avec des dialogues touchants et bouleversants qui sont remplis d'amours et de pudeur.
La bonne morale de cet échange entre mère et fille, démontre qu'il faut profiter pleinement des personnes que l'on apprécie car on ne sait pas de quoi est fait demain.
Pour conclure, j'ai beaucoup aimé cette histoire dont j'en recommande sa lecture.

 

 

Extraits

 

Quand je te regarde Je vois la femme que je veux être Forte et courageuse Belle et libre. Claire

P.S. : Je t'aime

 

C'est gentil de me dire que je suis belle. Je ne me sens vraiment pas belle. C'est comme si j'étais sous l'eau et que je ne trouvais plus comment remonter à la surface. Je suis un peu perdue, c'est tout. Je ne veux pas que tu t'inquiètes pour moi.

 

 

Citation

 

"Parfois on dirait que c'est plus facile de poser les questions par écrit ..."

 

 

Vote étoiles 5 sur 5

 

 

 

Challenge Partage-Lecture 2011/2012

 

11966610

Repost 0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 17:54

08

Juin

2011

Les-livres-des-origines-de-John-Stephens.png

 

 

 

 

- L’auteur a travaillé dix ans pour la télévision américaine comme scénariste ou producteur de séries à succès comme Gossip Girl, Gilmore Girls ou Newport Beach [...]
- L'Atlas d'Emeraude (The Emerald Atlas) est le premier tome de la série "Les livres des origines". Il a été publié aux éditions Milan en mai 2011 (première édition :  Alfred A.Knopf - USA, avril 2011)

 

 

L'atlas d'Emeraude - John Stephens

Les livres des origines, T1 - L'Atlas d'Emeraude de John St

 

Présentation de l'éditeur

 

Par une froide nuit d’hiver, trois jeunes enfants sont séparés de leurs parents, pourchassés par des forces maléfiques. Dix ans plus tard, Kate, Michael et Emma n’ont toujours pas trouvé d’indices pouvant expliquer cet étrange évènement : La réponse se trouve dans un atlas enchanté...
Mélangeant action et humour, L’Atlas d’Emeraude est le premier volet des aventures qui feront voyager Kate, Michael et Emma dans les contrées les plus lointaines ainsi qu'au plus profond d’eux-mêmes. Cette histoire est celle de trois enfants prêts à tout pour sauver leur famille et même sauver le monde.

                          Editions Milan

                    de 2011, 440 pages

   
 

Mon avis

 

Dès les premières pages, on est très vite captivé par cette histoire nuancée de magie et de sauts dans le temps, avec action et rebondissements. Quant aux héros, ils sont très jeunes et ont des caractères bien différents avec quelques défauts bien entendu, mais qui les rends d'autant plus attachants.

De plus, l'auteur a glissé beaucoup d'humour dans ce récit captivant à travers divers protagonistes (notamment avec les nains), nous donnant le sourire pour notre plus grand plaisir.
Autant vous le dire, en ouvrant ce livre, il vous sera difficile d'en arrêter sa lecture tellement celui-ci nous transporte dans un espace hors du temps, au point de nous faire décrocher de la réalité.
Comme vous pouvez le déduire, ce roman fait partie de mes coups de coeur, me donnant envie de découvrir la suite, dès que les prochains tomes seront disponibles. 

 

 

Extrait

 

- Abandonnée par ceux que vous chérissez le plus au monde. La blessure est là, comme une ombre au-dessus de vous. Mais je peux la faire disparaître. Ce serait si facile...Elle écarta la main. Un filament gris en spirale tenait à son doigt. On aurait dit qu'elle le sortait de la poitrine de la jeune fille.

 

 

coeur

 

 

Remerciements

 

Un grand merci à Cécilia et aux éditions Milan pour la découverte de ce premier tome d'une trilogie assez prometteuse.

Repost 0
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 15:15

06

Juin

2011

Lisa-au-pays-des-cigales-de-Marie-Schoepfer.png

 

 

 

- Marie Schoepfer est enseignante dans une école proche de Lyon et est aussi maître formateur au Centre de Formation Pédagogique [...]

- "Lisa au pays des Cigales" a été publié aux éditions Terriciaë en 2009, quant à "Lisa sous le ciel de Camargue", il est paru en 2010 chez le même éditeur. Dans ces deux romans, on y trouve quelques illustrations qui sont de l'auteure même

 

 

 

Lisa-au-pays-des-cigales---Marie-Schoepfer-copie-1.JPG

 

 

 

 

Quatrième de couverture

 

Une région et sa mémoire à découvrir avec Lisa.

Pendant les vacances d'été, Lisa visite Avignon où il lui suffit de passer le pont pour se retrouver sur une autre terre, bénie des Papes et aimée des hommes.

Après une étape dans cette jolie ville gaie et animée, elle arrive au mas du Gaboulet niché dans les crêtes des Alpilles. Le chien Caganis à ses côtés, elle va vivre une belle histoire dans la colline qui sent bon la garrigue et l'aventure...

 

 

 

 

                    Editions Terriciaë 

                  de 2009, 110 pages

 

 

 

Mon avis

 

A travers ce court roman, Marie Schoepfer nous plonge aux côtés de Lisa dans les crêtes Alpilles où les odeurs du sud et l'ambiance de la Provence sont bien décrites de sorte que l'on s'y croirait, un peu à la façon de Marcel Pagnol.
Par ailleurs, ce livre est remplie d'émotions sachant que la mère de notre toute jeune héroïne est gravement malade, seul son père est présent et essaye au mieux de lui donner le sourire.
L'auteure a su par un court roman, à la base destiné pour les plus jeunes, à nous transporter dans le Sud où l'amour et l'aventure sont au rendez-vous.
De plus, j'ai particulièrement apprécié les dernières pages où l'auteure nous donnent entre autres des informations sur les divers sites référencés dans l'histoire, ceci étant aussi bien utiles pour les petits que les plus grands.
En conclusion, ce roman est un pur moment de détente qui peut aussi être lu par les plus âgés ayant gardés leur âme d'enfant.

 

Extraits

 

- Sept est, paraît-il, un chiffre magique, plaisanta papa. Avignon a donc de la chance; son nom comprend sept lettres, on y entre par sept portes, la ville est divisée en sept paroisses et elle a connu sept papes...

 

Comment être paresseuse par ce joli matin d'été quand le soleil , juste à point, chauffe le dos sans le brûler. Cela vous met des rêves pleins la tête, encore plus que d'habitude.

 

 

Vote étoiles 5 sur 5

 

séparateur

 

Lisa-sous-le-ciel-de-Camargue-de-Marie-Shoepfer.png

 

 

Lisa-sous-le-ciel-de-Camargue---Marie-Schoepfer.JPG

 

 

 

Quatrième de couverture

 

Poursuivant ses vacances d'été au coeur de la Provence, Lisa s'arrête visiter Arles, ville de fête et d'histoire, puis elle va découvrir la Camargue, pays étrange offert comme un coup de théâtre à ses yeux. Vincent le jeune gardian et Josélio le petit  deviendront ses nouveaux amis et l'accompagneront dans ses beaux vagabondages.

Mais un matin le troupeau de chevaux disparaît du mas du Trident, une intrigue à élucider pour tous ses habitants...

 

 

 

 

                     Editions Terriciaë 

                   de 2010, 107 pages

 

 

Mon avis

 

Dans ce second tome, nous nous attachons davantage à cette petite fille passionnée par ce qui l'entoure et s'intéressant à l'histoire des régions qu'elle visite. Et pour cela, l'auteure nous donne des explications sur Arles où l'on apprend  notamment sur les costumes des Arlésiennes et aussi sur les traditions entre autres, qui suscitent de l'intérêt pour nous lecteurs.
Conçernant l'histoire, elle est agréable à lire par ses charmants personnages, ainsi que par son ambiance camarguaise avec le son des chants gitans.
De plus, l'auteure a une très belle écriture à travers laquelle on ressent vraiment sa passion pour la Provence, arrivant même à nous la transmettre avec brio.
Pour conclure, c'est encore une très belle aventure de Lisa qui m'a fait passé un agréable moment dans la Provence, où la chaleur humaine règne.

 

 

Extrait

 

- Chaque animal a son propre caractère, quelle que soit sa race. Il faut que tu apprennes à reconnaître les comportements, cela facilitera ta relation avec les chevaux.

 

 

Citation

 

"Camargue, un nom qui s'entend comme le claquement des sabots d'un cheval, comme le bruissement d'un vol d'oiseaux au raz de l'eau, comme le ressac infini de la mer sur le sable." 

 

 

Vote étoiles 5 sur 5

 

 

Remerciements

 

Je tiens à remercier Les Agents Littéraires ainsi que les éditions Terriciaë qui m'ont permis de m'évader en Provence grâce à ces deux petits romans que je note de 4/5

Repost 0
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 19:52

05

Juin

2011

Le-mari-de-Dean-Koontz.png

 

 

 

- Dean Ray Koontz (né le 9 juillet 1945 en Pennsylvanie), est un auteur américain de fictions à grand succès[...]

- Le mari (The husband) a été publié en 2011 aux éditions JC Lattès (première édition : Bantam Books - New York, 2006)

 

 

La mari - Dean Koontz

Quatrième de couverture

 

"Vous avez jusqu'à mercredi minuit. - C'est dingue ! Où est-ce que je dénicherai deux millions de dollars ? - Vous trouverez un moyen. - Ce n'est pas possible. Je ne suis qu'un simple jardinier. Je ne dois pas avoir plus de onze mille dollars à la banque. - Juste pour que vous sachiez que nous ne plaisantons pas...Vous voyez ce type sur le trottoir d'en face ?

Mitch pivota, le téléphone toujours à l'oreille, et aperçut un homme marchant avec son chien. La journée ensoleillée avait un éclat de porcelaine. Un coup de fusil déchira le calme et le promeneur au chien s'effondra, touché à la tête.

- Mercredi à minuit. Nous sommes vraiment sérieux."

 

De son ouverture tendue à son dénouement fracassant, Le mari est un thriller qui mettra à cran les nerfs du lecteur à travers chacun de ses rebondissements et de ses révélations...Après tout, il s'agit d'un roman de Dean Koontz. Et l'expérience est sans équivalent.

                       Editions JC Lattès

                     de 2011, 422 pages

 

 

Mon avis

 

Ne connaissant pas Dean Koontz, j'ai profité de ce partenariat pour le découvrir.
Dès les première pages, on rentre dans l'histoire aux côtés de Mitch au point de ressentir ce qu'il vit au fil des heures de sa situation. De plus, on apprend beaucoup sur sa famille ainsi que son éducation qui a été assez stricte.
Même si l'histoire reste tout de même assez banale et manque d'originalité, on est tout de même entraîné dans un terrain assez inattendu avec une bonne intrigue qui nous tient en haleine du début à la fin avec quelques protagonistes qui sont assez mystérieuses comme le lieutenant.
Aussi, j'ai particulièrement apprécié la façon que l'auteur a d'écrire, il utilise de très bonnes tournures de phrases qui nous donnent envie de poursuivre dans la lecture. D'autant plus que les pages se tournent assez vite avec aussi des chapitres très courts, tout en ayant un très bon rythme sans qu'il y ait des longueurs.
Bref, c'est un thriller auquel on accroche suffisamment contenant des révélations,quelques rebondissements et qui montre ce dont à quoi on est prêt à faire pour l'être aimé. Je le conseille pour les lecteurs de ce genre qui ont une âme sensible car il ne possède pas de descriptions macabres.
En conclusion, même si ce roman n'est pas un coup de cœur, je l'ai bien aimé et compte bien lire d'autres livres de cet auteur. 

 

 

Extrait

 

Un enfant peut aimer une mère incapable de l'aimer en retour, mais avec le temps il se rend compte qu'il déverse son affection non pas sur une terre fertile mais sur un bloc de marbre où rien ne saurait pousser. Il risque alors de passer sa vie dans la colère ou l'auto-apitoiement.

 

 

Citations

 

"Naître, c'est commencer à mourir. La plupart des gens vivent  en niant cette cour patiente de la mort jusqu'au moment où, parvenus à un âge avancé et criblés de maux, ils s'aperçoivent qu'elle est assise à leur chevet."

 

"La voie du sang crie de la terre jusqu'à moi."

 

"Un homme longeant un précipice a intérêt à ne pas trop regarder dans le vide."

 

"Le méchant déteste le bon simplement parce qu'il est bon."

 

"La mémoire est un filet, il regorge de poissons quand on le sort de la rivière, mais des dizaines de litres d'eau ont coulé à travers sans y rester."

 

"La proie doit apprendre à fuir et le prédateur à chasser."

 

"La modestie découle d'un manque de confiance en soi. Le manque de confiance en soi est lié à la timidité. La timidité est synonyme de faiblesse. La faiblesse est une caractéristique des débonnaires. Les débonnaires n'héritent pas la terre, ils servent ceux qui sont audacieux et sûrs d'eux."

 

"La honte n'a pas d'utilité sociale. C'est la marque d'un esprit superstitieux."

 

 

Vote étoiles 5 sur 5

 

 

Remerciements

 

Je tiens à remercier l'équipe Livraddict et les éditions JC Lattès pour cette belle découverte.

Repost 0
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 12:00

04

Juin

2011

Les aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec

 

 

- Jacques Tardi (né le 30 août 1946 à Valence) est un auteur et dessinateur de bande dessinée française

- Les Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec est à l'origine une série de bande dessinée franco-belge créée en 1976 par Jacques Tardi pour les éditions Casterman après la parution dans le quotidien Sud Ouest du 25 janvier 1976 au 10 mars 1976. Cette série est composée actuellement de neuf tomes.

 

 

Les aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec, T1, Adèl

 

Mon résumé

 

T1, Adèle et la Bête : Nous sommes à Paris, le 4 novembre 1911. L'histoire débute au Muséum d'histoires naturelles du Jardin des Plantes. En pleine nuit, un œuf éclot celui du ptérodactyle, dès lors il sort et prend son envol par la verrière. A partir de ce moment-là, de nombreuses personnes y trouvent la mort. Pendant ce temps à Lyon, un homme qui exprimait son hilarité, devient tout d'un coup inquiet. Étrange coïncidence ? cet homme aurait-il un rapport avec cette éclosion ? Quelques jours plus tard dans un train, le 16 novembre plus précisément, un individu du nom de Zborowsky, entame une conversation avec une jeune femme se prénommant Édith Rabatjoie, elle se dit aller sur Paris pour chasser le Ptérodactyle. Bien évidemment, cette femme n'est autre qu'Adèle Blanc-Sec, mais pourquoi se donne-t-elle une autre identité ? Une mystérieuse aventure va alors commencer.

 

T2, Le Démon de le Tour Eiffel : Nous sommes le 12 décembre 1911, à Paris et l'affaire du Jardin des Plantes est toujours en cours...Adèle a été trahie par ses hommes de main, bref tout le monde s'était payé sa tête. Dans ce second tome, elle va donc mener l'enquête. Pour cela, elle va rendre visite à un détective du nom de Flageollet, celui-ci lui parle d'une statuette représentant Pazuzu. Au cours de sa recherche, notre héroïne va découvrir une étrange secte à laquelle font partie des personnes, dont certaines auxquelles, elle ne s'y attendait pas.

 

T3, Le Savant Fou : Janvier 1912. Paris frissonne sous le neige. Depuis les histoires précédentes, Adèle Blanc-Sec se cache, mais quand elle décide donc de quitter sa retraite, elle se sent suivie. Effectivement, un jour, elle tombe sur Esperandieu qui l'emmène au laboratoire de Ménard où l'on redonne vie à un Pithécantrope vieux de 300 ou 400 milles ans.
Après cet évènement, notre héroïne retourne chez elle où l'on essaye de la tuer et de mystérieuses disparitions commencent. Mais qui donc veut sa mort à tout prix et que signifie toutes ces disparitions ? Dès lors commence un nouvelle aventure pour notre Adèle.

 

T4, Momies en folies : Nous sommes le 4 mars 1912, il est 3h du matin et Monsieur Edmond Choupard est ivre et regagne son domicile. Mais en chemin, il va faire une rencontre macabre.
Quelques jours plus tard, Adèle Blanc-Sec reçoit de la visite chez elle : un certain Monsieur Mouginot qui s'intéresse à la vie après la mort.Durant cette nuit-là, la momie de notre héroïne a disparu. C'est alors que débute une nouvelle enquête pour Adèle.

 

T5, Le Secret de la Salamandre : Nous sommes à Paris, en octobre 1933...un saut dans le temps!
Après avoir été poignardé, Adèle Blanc-Sec fût congelé par Moginot qui avait finit par trouvé la formule pour lui redonner la vie. Hélas...il fût tué.
Huit mois plus tard, en août 1914, la guerre éclate. Un soldat entre en scène s'engendrant volontairement la gangrène afin d'être rapatrié. Celui-ci sera harcelé par des visions provenant de la momie d'Adèle afin de la retrouver et de la ramener à la vie. Notre soldat  retrouvera-t-il notre héroïne ? Réussira-t-il à lui redonner la vie ? 

 

T6, Le Noyé à deux têtes : Nous somme le 11 novembre 1918, la guerre est finie et notre héroïne sort de sont hibernation qui aura duré six ans. Alors qu'Adèle est de retour chez elle, deux gardiens de la paix font d'étranges rencontres au bord du Canal Saint-Martin. Quant à notre héroïne, elle se pose beaucoup de questions : Qui a pu nettoyer son appartement et payer ses factures durant son absence ?

 

 

 

 

Mon avis

 

T1, Adèle et la Bête : Dans ce premier tome, on fait la connaissance de notre héroïne, Adèle Blanc-Sec avec pour décor Paris au début du siècle. D'autres personnages font aussi leur apparition, qu'on retrouvera dans les tomes suivants.
Quant à l'intrigue, elle nous tient en haleine, avec différentes histoires qui finissent par se rejoindre.
Au niveau des dessins, je les trouve assez réalistes et les couleurs en harmonie avec le côté fantastique du scénario.
En conclusion, c'est une série prometteuse, que je compte bien poursuivre.

 

T2, Le Démon de le Tour Eiffel : Nous revoilà plongé dans l'enquête avec une Adèle au caractère fort, même si elle est sympathique, il ne faut pas la chercher.

On plonge dans une histoire qui nous surprend au fil des pages tant les rebondissements sont nombreux.

En conclusion, un scénario toujours aussi bien mené avec une très bonne intrigue et un graphisme toujours dans le détail.

 

T3, Le Savant Fou : Dans ce tome, Adèle Blanc-Sec fait preuve de vigilance car ce ne sont pas les ennemis qui lui manquent dans cet épisode.
Effectivement, on retrouve les personnages des tomes précédents qui sont toujours à la charge ce qui donnent une ambiance assez palpitante.
Pour conclure, Jacques Tardi nous offre encore là un très bon scénario avec un dénouement assez inattendu, avec toujours ce beau Paris et ses belles architectures pour décor.

 

T4, Momies en folies : Ce quatrième tome commence lentement pour s'accélérer au fil des pages avec toujours des rebondissements et avec une fin vraiment surprenante.
Quant à nos personnages, ils évoluent encore et leur personnalité se confirme ce qui nous apprend à mieux les connaître au fur et à mesure.  
On peut constater que l'auteur a toujours une très bonne imagination et que ces dessins sont toujours aussi splendides.  
Bref c'est encore un très bon moment que j'ai passé avec Adèle Blanc-Sec, cette héroïne qui n'a pas froid aux yeux.
Petite précision aussi : contrairement aux tomes précédents, celui-ci se termine par le mot "Fin" et non par une révélation de ce qui nous attend dans le tome qui suit.

 

T5, Le Secret de la Salamandre : Dans cet album, Adèle étant endormie, c'est notre soldat l'héros de cette aventure, dans un scénario assez bien corsé et avec une intrigue qui tient en haleine.
Quant aux personnages, ils sont particulièrement ignobles.
Niveau dessin, on reconnaît toujours le talent de Tardi avec des couleurs un peu plus prononcées que les tomes précédents.
En conclusion, encore un bon moment passé dans cette aventure où on ne se lasse toujours pas.

 

T6, Le Noyé à deux têtes : Dans ce volume, que j'ai le moins apprécié comparé aux précédents, même si les dessins de Tardi sont toujours aussi efficaces, il n'y a pas de grandes envolées ni rebondissement, bref on est un peu frustré car beaucoup de questions restent sans réponses mais cela incite aussi à le lecteur à lire le septième tome.

 

Editions Casterman de 1976, 48 pages 
Les-aventures-extraordinaires-d-Adele---T2--Le-Demon-de-l.jpg
Editions Casterman de 1976, 48 pages 
Les-aventures-extraordinaires-d-Adele---T2--Le-Savant-fou-.jpg
Editions Casterman de 1993, 48 pages  
Les aventures extraordinaires d'Adèle - T4, Momies en foli
Editions Casterman de 1993, 48 pages 
Les-aventures-extraordinaires-d-Adele---T5--Le-secret-de-l.jpg

 

Editions Casterman de 2002, 48 pages

Les aventures extraordinaires d'Adèle - T6, Le noyé à de.jpg

 

Editions Casterman de 1993, 48 pages

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Céline - dans Bande-dessinée
commenter cet article
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 21:51

03

Juin

2011

La marche de Mina de Yoko Ogawa 

 

 

 

- Yōko Ogawa, née le 30 mars 1962 à Okayama dans la préfecture d'Okayama est une écrivain japonaise, auteur de nombreux romans [...]

- La marche de Mina (ミーナの行進, Mīna no kōshin) a été publié aux éditions Actes Sud en 2008 - 317 pages (première édition : Shinchosha - Japon, 2006)

 

 

La marche de Mina - Yoko Ogawa

Quatrième de couverture

 

Après le décès de son père, alors que sa mère doit s'éloigner pour parfaire sa formation professionnelle, la petite Tomoko est revue pour un an chez son oncle et sa tante. Tomoko a douze ans ; à Kobe, son oncle l'attend sur le quai de la gare. Il la serre dans ses bras et la conduit jusqu'à la très belle demeure familiale. Pour Tomoko, tout est ici singulièrement différent. Sa cousine Mina passe ses journées dans les livres, collectionne les boîtes d'allumettes illustrées sur lesquelles elle écrit des histoires minuscules ; un hippopotame nain vit dans le jardin, son oncle a des cheveux châtains, il dirige une usine d'eau minérale et la grand-mère se prénomme Rosa. Au cœur des années soixante-dix, Tomoko va découvrir dans cette maison l'au-delà de son archipel : à travers la littérature étrangère, les récits de Rosa sur son Allemagne natale et la retransmission des Jeux olympiques de Munich à la télévision, c'est un tout autre paysage qui s'offre à elle. La grande romancière japonaise explore dans ce livre, et pour la première fois dans son œuvre, le thème de l'étranger et des origines. En choisissant le prisme des liens de l'enfance, elle inscrit ce roman, comme le précédent. intitulé la formule préférée du professeur, dans un cycle voué à la tendresse et à l'initiation.

 

 

Contexte de cette lecture

 

Ce roman a fait l'objet de la lecture commune mai/juin de Partage-Lecture.

 

 

Mon avis

 

Ce livre empreint de nostalgie est porté par l'écriture de Yoko Ogawa que je découvre grâce à ce beau roman.
L'auteure nous livre ici une tranche de vie remplie de souvenirs d'enfance, s'entremêlant au présent où le Japon et l'Allemagne se mêlent à travers la grand-mère Rosa.
J'ai apprécié aussi tous ces protagonistes qui entretiennent des relations assez complexes entre eux, ainsi que les manies de chacun et sans compter aussi cette somptueuse propriété dans laquelle ils vivent.Bref ,c'est un roman attachant tant par les personnages décrits avec précision, que par le style d'écriture de l'auteure, de plus il se lit assez vite grâce à des chapitres très courts.
Un livre qui me donne envie de découvrir plus sur la littérature nipponne contemporaine.

 

 

Citations

 

"Si vos oreilles émettent un drôle de bruissement, ne les frottez pas trop fort. Parce que dans la plupart des cas, ce sont les anges qui recousent leurs ailes sur vos lobes."


"Nous ne nous étions pas du tout éloignées l’une de l’autre. Mais le temps s’était écoulé plus vite que dans notre imagination d’enfant."

 

 

Vote étoiles 5 sur 5

Repost 0
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 15:08

02

Juin

2011

Small-World-de-Martin-Suter.png

 

 

 

- Martin Suter est un écrivain suisse alémanique né le 29 février 1948 à Zurich

- Small World a été publié aux éditions Christian Bourgois en 1998 (première édition : Diogenes Verlag AG, Zurich - 1997)

 

 

Small world - Martin Suter

 

 

 

 

Quatrième de couverture

 

A soixante ans, Conrad Lang vit aux crochets d'une riche famille qui l'a recueilli enfant et continue à le faire vivre en l'employant comme gardien. Un soir, il met accidentellement le feu à leur villa. Ce sont les premiers symptômes de la maladie d'Alzheimer, qui va avoir d'autres conséquences troublantes. Au fur et à mesure que sa mémoire proche est engloutie, des souvenirs que certains espéraient enfouis à tout jamais resurgissent peu à peu...

 

 

 

 

                         Editions Points

                     de 2011, 358 pages

 

 

Mon avis

 

Autant le dire d'entrée, ce livre est un coup de cœur : l'histoire de Conrad est vraiment touchante, elle montre à travers lui la perte progressive et irréversible des fonctions mentales et notamment de la mémoire que peut causer la maladie D'Alzeimer, mais aussi que l'on peut tout de même avoir des bribes d'un passé lointain. On peut donc constater que Martin Suter s'est bien renseigné sur le sujet de cette maladie en nous faisant part aussi d'informations assez intéressantes.  
Au niveau de l'intrigue, elle est efficace puisque dès le début, on pressent un secret bien gardé autour de cette famille de haute bourgeoisie car la matriarche Elvira Senn ne veut pas que Conrad se souvienne du passé : Ses souvenirs pourraient-ils bouleverser la réputation de cette famille bourgeoise ?
Quant aux personnages, l'auteur a su nous les décrire finement avec des personnalités propres à chacun et dont leurs pensées sont voilées, bref ils sont très diversifiés.
Pour finir, c'est un très bon roman superbement bien écrit et bien construit avec une fin surprenante comprenant une bonne morale qui prouve que les personnes qui riaient de "Koni", auraient mieux fait de s'abstenir.

 

 

Extrait

 

- Je suis tombée sur le papier qui te permet de retrouver notre appartement et de te souvenir de mon nom.

- Où ? avait-il demandé

- Dans le réfrigérateur.

Il rit. Mais comme cela, la glace était rompue. Il lui raconta tout. Tout ce dont il pouvait se souvenir.

 

 

Citations

 

"Le tennis est un sport pour la vie entière, et quand on devient plus âgé, compter est aussi un excellent entraînement pour la mémoire."

 

"Celui qui creuse la tombe de l'autre s'y enterre lui-même."

 

 

coeur

 

 

Remerciements

 

Je tiens à remercier chaleureusement l'équipe Partage-lecture et les éditions Points pour ce très beau roman.

Repost 0
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 17:40

15

 Déc

2010

La-fabuleuse-histoire-des-lunes-de-Pandor-de-Meneas-Marph.png

 

 

 

 

- Ménéas Marphil, de son nom civil Mario Pimiento, est né en 1952 au Grau du Roi dans le Gard [...] Il enseigne le français et organise des excursions pour découvrir les baleines à bosse. C’est là que se met en place le monde de Pandor.
- Abracadagascar, publié en 2008, est le premier tome d'une série de quatre volumes parue aux éditions Au Diable Vauvert. Le second tome  "Le sceau de Cyané" et le troisième "Les secrets de Gaïa , ont été publié en 2009 avec sept  mois d'intervalle.

 

 

La fabuleuse histoire des lunes de Pandor, T1 Abracadagasc

La-fabuleuse-histoire-des-lunes-de-Pandor--T1---Abracadagas.png

 

Quatrième de couverture

 

Un monde où la magie de l'océan rivalise avec celle des sorciers et où la formidable érudition du sage Ménéas Marphil nous emporte dans une merveilleuse épopée !
Depuis qu'il a été recueilli enfant, Épiphane vit sur un îlot perdu au milieu de l'océan Infini. Mais à quinze ans, bravant les interdits, le jeune orphelin part en quête de son père. Au hasard de ses rencontres, il se découvre les pouvoirs d'un futur grand magicien et embarque sur l'île fabuleuse d'Abracadagascar pour rejoindre le plus grand centre de magie ancestrale au monde. Dans une nature luxuriante et nourricière, Épiphane découvre un univers prodigieux, où un arbre immense va abriter son initiation.
                Editions Au Diable Vauvert

                    de 2008, 448 pages

   
 

Mon avis

 

L'écriture de l'auteur est dynamique, il va au coeur du sujet sans partir dans de longues explications.
Ce premier tome est avant tout une mise en place de l'intrigue et des personnages.
A travers le voyage d'Épiphane, on découvre un monde fantastique, peuplé de créatures hors du communs comme les Zindris qui sont de petites boules de poils blanches sans visage, se nourrissant que d'air et d'eau et ne communiquant que par télépathie. Un univers où la magie règne !
A la dernière partie du livre, deux événements majeurs bouleversent le cours du récit et promettent actions et rebondissements dans les tomes à suivre.
J'ai passé un superbe dans ce monde fantastique, avec des personnages très attachants qui apportent tous quelque chose à l'histoire. Amour, légendes, magie, révélations... sont au rendez-vous dans ce livre d'aventure.
Il me tarde de lire la suite...

 

 

Citation

 

"L'amour, c'est la faille des magiciens noirs. Leur noirceur les empêche de voir qu'ils peuvent aussi aimer et être aimés."

 

 

coeur

 

Remerciement

 

Je remercie beaucoup Pauline pour le prêt de ce livre avec lequel j'ai passé un moment magique.

séparateur

 

19

 Mai

2011

 

La fabuleuse histoire des lunes de Pandor, T2 Le sceau de C

La-fabuleuse-histoire-des-lunes-de-Pandor--T2---Le-sceau-de.png

 

Quatrième de couverture

 

À mi-chemin de son initiation sur l'île fabuleuse d'Abracadagascar, où créatures réelles et magiques coexistent dans une nature luxuriante, Épiphane va aborder les terres sauvages du Sud. Mais après les arbres-pieuvres, les gargouilles des sables et même un genka, redoutable dragon noir, l'attend une bien plus terrible menace. Partout sur le planète, d'étranges mutations se produisent. Pour trouver la partie manquante du sceau de Cyané, le puissant talisman transmis par Gaïa, sa mère, Épiphane saura-t-il assumer son rôle d'élu ?
                Editions Au Diable Vauvert

                    de 2009, 407 pages

   
 

Mon avis

 

Dans ce second tome, l'auteur nous plonge une fois de plus dans un univers fabuleux et somptueux, rempli de créatures plus pittoresques les unes que les autres. Ainsi, il nous donne l'envie de parcourir ce monde en profondeur. Par ailleurs, on suit l'évolution de notre héros et de ses amis à travers leur apprentissage avec des cours intéressants que j'ai bien aimé découvrir. De plus, le suspens est maintenu jusqu'à la fin à travers les missions que doivent effectués les élèves d'Élatha et même si l'objectif semble impossible, Épiphane traverse chaque obstacles avec une bonne maîtrise. Ce dernier fera malheureusement une rencontre, celle de son frère, le jeune Seigneur des Nouvelles Ténèbres. Comme vous pouvez le constater, j'ai beaucoup apprécié ce deuxième volume où péripéties et action ne manquent pas.

C'est avec plaisir que je vais me plonger dans la suite de cette fabuleuse histoire...

 

Citations

 

"Il est des voyages qu'il ne faut pas entreprendre si l'on n'est pas prêt."

 

"Les dieux ont parfois des raisons que la raison humaine ignore..."

 

"Le futur est inexorablement la conséquence du présent, mais le présent est bien trop fluide...Tout s'y joue sans que rien n'y soit jamais joué."

 

 

coeur

séparateur

 

27

 Mai

2011

 

La fabuleuse histoire des lunes de Pandor - T3 Les secrets

La-fabuleuse-histoire-des-lunes-de-Pandor--T3---Les-secrets.png

 

Quatrième de couverture

 

Alors que d'étranges mutations commencent à marquer le monde et que l’obscurité s’étend, Épiphane et ses amis doivent maintenant partir défier Sarpédon, le seigneur des ténèbres, sur ses terres, dans les sombres Karpathes. Avec l'aide des pacifiques Ultima-Thulé d'Hyperborée ou des chevaliers de la Pierre-Lys, ils traverseront Canal des Sueurs et labyrinthe des morts sous un ciel d’encre et affronteront des ennemis mortels, dragons de brume et magiciens noirs... Au bout de la route, pourront-ils empêcher Sarpédon de s’unir à la Reine de la Nuit et sortir Kimyan, le frère jumeau d’Épiphane, des griffes des cruels Dahals ? Un périlleux combat qui décidera, de la lumières ou des ténèbres, qui sortira vainqueur...

                Editions Au Diable Vauvert

                    de 2009, 436 pages

   
 

Mon avis

 

Dans ce troisième volume, les ténèbres culminent mais il y a tout de même des passages forts en émotions. Aussi, l'action ne manque pas et laisse aucun répit au lecteur, en effet, les scènes s'enchaînent et de nombreux obstacles se mettent en travers le chemin de notre héros car ce tome est un vrai compte à rebours puisque lors du rituel entre Sarpédon et Lilith, la moindre erreur peut faire pencher la balance du côté des Ténèbres ou de la Lumière. D'autre part, la fin est assez émouvante et inattendue, en restant cohérente avec l'histoire.
Au niveau de l'écriture, j'apprécie encore une fois l'humour de l'auteur avec ses jeux de mots et ses petites allusions qui font sourire.
Pour conclure, c'est une très belle série se lisant à tout âge emplie de prises de conscience sans pour autant être moralisateur.


 

Citations

 

"Il est des chemins qu'on ne peut parcourir que seul avec soi-même."

 

"Le problème des ailleurs est qu'ils sont toujours quelque part, mais il n'y a rien qui mène plus à nulle part que les ailleurs."

 

 

coeur

Repost 0
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 19:01

17

 Mai

2011

Les-Rois-dragons-de-Stephen-Deas.png

 

 

 

- Stephen Deas est né en 1968 dans le Sud-Est de l'Angleterre [...]
- Le Palais Adamantin (The Adamantine Palace) est paru aux éditions Pygmalion en 2009 - 356 pages (première édition : Gollancz,  Royaume-Uni - 2009).

 

 

 

Le Palais Adamantin, T1 Les Rois Dragons- Stephen Deas

Les-Rois-dragons--T1---Le-Palais-Adamantin-de-Stephen-Deas.png

 

Quatrième de couverture

 

Le Palais Adamantin se dresse au cœur d’un empire né sur les cendres d’un monde autrefois dominé par les dragons. La race des hommes faillit bien disparaître sous les crocs de ces êtres tyranniques, mais ils découvrirent un jour un procédé alchimique grâce auquel ils soumirent leurs prédateurs.

Les terribles créatures de jadis servent aujourd’hui de montures aux chevaliers impériaux et de monnaie d’échange dans le jeu de pouvoir auquel se livrent les grandes maisons aristocratiques. L’empire a prospéré, attirant bien des convoitises, comme celle de cet homme qui rêve de le diriger. Un homme prêt à empoisonner l’empereur comme il a empoisonné son propre père. Un homme prêt à assassiner sa maîtresse et à coucher avec la fille de cette dernière.


Mais, bien qu'il l’ignore encore, des flammes vont lui barrer la route du pouvoir. Un dragon s’est échappé. Or, un dragon insoumis retrouve ses pleines capacités intellectuelles, toute sa fureur... à lui seul, il pourrait bien causer la perte de l’empire.

Et il n’est pas seul.

Intrigues machiavéliques, créatures merveilleuses, combats pyrotechniques... Stephen Deas signe le grand retour des dragons en littérature. Il nous livre un récit sans temps mort, rythmé par un humour noir qui n’est pas sans rappeler la plume de George R.R. Martin, dont il s’affirme le digne successeur.                

   
 

Mon avis

 

L'histoire de ce premier tome est divisée en deux : d'un côté nous suivons les membres de plusieurs familles nobles où se mêlent complots et trahisons et d'un autre, on suit la vengeance d'une dragonne nommée Neige. Grâce à une action bien dosée et un rythme bien soutenu tout au long du livre, fait que l'on ne s'ennuie à aucun moment.
Quant aux personnages, ils sont complets et bien décrits, on ressent aussi de la haine envers Jehal, jeune prince arrogant, égocentrique et vicieux. Sinon pour mieux s'y retrouver dans les différentes dynasties, des arbres généalogiques y figurent au début de ce tome.
Pour conclure, c'est un bon livre d'introduction pour une série prometteuse si l'auteur continue dans cette lancée.

 

 

Citations

 

"...Les dragons sont toute notre vie,...Ils sont ce qui nous distingue du commun des mortels. Sans eux, nous ne sommes rien."

 

"La vie est comme une roue, qui tourne à travers le temps, et parfois s'y collent de petites choses. Elles y restent collées et resurgissent là où on s'y attendait le moins."

 

 

Vote étoiles 5 sur 5

Repost 0
Published by Céline - dans Fantasy
commenter cet article
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 20:32

12

 Mai

2011

Les-rivieres-pourpres-de-Jean-Christophe-Grange.png

 

 

 

- Jean-Christophe Grangé est un journaliste, reporter international, écrivain, scénariste né le 15 juillet 1961 à Boulogne-Billancourt.

- Les rivières pourpres a été publié pour la première fois en 1998 chez Albin Michel.

 

 

 

Les rivières pourpres - Jean-Christophe Grangé

 

Quatrième de couverture

 

Un cadavre, horriblement mutilé, suspendu entre ciel et terre dans les montagnes de la région grenobloise. Une tombe, celle d'un petit garçon, mystérieusement « visitée » pendant la nuit, cependant que les dossiers le concernant disparaissaient de son école. Deux énigmes, que vont s'attacher à résoudre deux flics hors normes : Pierre Niémans, policier génial, dont les méthodes peu orthodoxes ont compromis la carrière. Et Karim Abdouf, l'ancien délinquant devenu flic, dont la couleur de peau et les dreadlocks suscitent plutôt la défiance dans le trou de province où on l'a nommé... Les deux affaires vont se rejoindre, et les deux hommes se reconnaître. Ensemble, ils vont remonter vers le terrifiant secret des rivières pourpres. Un secret qui ne nous sera livré qu'aux dernières pages de ce thriller exceptionnel, dû à l'auteur du Vol des cigognes et récemment porté à l'écran par Mathieu Kassovitz.

 

                       Editions Albin Michel

                      de 2000, 404 pages

 

 

Mon avis

 

Dans ce thriller, le lecteur progresse dans l'enquête aux côtés de Pierre Niémans et Karim Abdouf, deux personnages peu éthiques, profonds et attachants; avec des décors assez poignants. 
Quant à l'histoire, elle est très prenante et nous laisse hors d'haleine, surtout dans la seconde moitié du livre où les éléments s'assemblent et s'accélèrent pour ne plus s'arrêter jusqu'au dénouement qui nous est révélé qu'aux toutes dernières pages. Tout ceci avec un rythme bien soutenu, avec ce qu'il faut en suspens et réflexion. D'autre part, Jean-Christophe Grangé n'hésite pas à nous décrire des scènes assez macabres comme les autopsies.
Comme vous l'aurez compris, ce roman est un vrai coup de coeur, me donnant envie de découvrir d'autres oeuvres de cet auteur à l'imagination débordante. 

 

 

Citations

 

"Chaque éléments d'une enquête est un miroir. Et le tueur se cache dans l'un des angles morts."

 

"Chaque crime est un noyau atomique."

 

"Dans une enquête , chaque fait, chaque témoin est un miroir, dans lequel se reflète une des vérités du crime..."

 

"Lorsque des éléments, des détails, même anodins, reviennent régulièrement dans une enquête, il faut toujours les retenir, parce qu'ils dissimulent à coup sûr une signification profonde."

 

"Personne ne peut comprendre un flic. Encore moins le juger. Nous évoluons dans un monde brutal, incohérent, fermé. Vous êtes en dehors, et vous ne pouvez plus le comprendre. Vous êtes en dedans, et vous perdez toute objectivité."

 

 

coeur

Repost 0

Accueil

Un-cadavre-dans-la-bibliotheque---Agatha-Christie.jpg

Bonjour et bienvenue

 

 

J'ai crée ce blog pour partager mes lectures, mes avis et aussi avoir les vôtres, alors n'hésitez pas à laisser parler votre plume.

 

 

Je vous souhaite à tous un agréable moment sur mon blog, et de bonnes lectures.

Lecture du moment

 

 

Conseil :      - Pour faciliter votre navigation, je vous conseille de passer par le menu : Mes lectures.

                     - Pour vous tenir informer des modifications importantes, inscrivez-vous à la Newsletter.

 

Contact :     - Pour me joindre, vous pouvez le faire par ce formulaire.

 

 

 21 840 visites

          60 167 pages vues

 

 

Post-it_pile-a-lire.png

  Mise à jour le 28/04/2013


Post-it_mes-emprunts.png

 

 

 


 

 

Post-It_News.png

- Suivre Univers des Livres sur Facebook