Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 15:50

25

Août

2011

La-princesse-des-glaces-de-Camilla-Lackberg.png

 

 

 

- Camilla Läckberg (née le 30 août 1974 à Fjällbacka) est une auteure suédoise de romans policiers.

- La princesse des glaces (Isprinsessan) a été publié pour la première fois en France en avril 2008 aux éditions Actes Sud (première édition : Bokförlaget Forum - Stockholm, 2003)

 

 

 

La princesse des glaces - Camilla Läckberg

 

Quatrième de couverture

 

Erica Falck, trente-cinq ans, auteur de biographies installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise, découvre le cadavre aux poignets tailladés d'une amie d'enfance, Alexandra Wijkner, nue dans une baignoire d'eau gelée. Impliquée malgré elle dans l'enquête (à moins qu'une certaine tendance naturelle à fouiller la vie des autres ne soit ici à l'œuvre), Erica se convainc très vite qu'il ne s'agit pas d'un suicide. Sur ce point - et sur beaucoup d'autres -, l'inspecteur Patrik Hedström, amoureux transi, la rejoint. A la conquête de la vérité, stimulée par un amour naissant, Erica, enquêtrice au foyer façon Desperate Housewives, plonge clans les strates d'une petite société provinciale qu'elle croyait bien connaître et découvre ses secrets, d'autant plus sombres que sera bientôt trouvé le corps d'un peintre clochard - autre mise en scène de suicide.

 

 

                       Editions Actes Sud

                     de 2008, 381 pages

 

 

Mon avis

 

C'est le premier livre que je lis de cette auteure et j'en suis satisfaite pour plusieurs raisons :
- Tout d'abord, Camilla Läckberg nous dessine des personnages fort intéressants et nous brosse un portrait convaincant de notre héroïne Erica, ce qui nous donne ainsi accès à leur psychologie, nous permettant alors de rentrer aisément dans la peau de chacun d'eux.
- Ensuite, le décor est bien planté car la campagne suédoise est bien décrite et plus précisément Fjällbacka, qui possède deux aspects différents : d'un côté il est représenté comme un village touristique et sympathique mais d'un autre, c'est un hameau où il ne faut mieux pas dévoiler son passé afin de ne pas être jugé.
- Et pour terminer, l'intrigue est très bien menée avec un suspens bien soutenu où le mystère reste entier et n'est résolu qu'aux toutes dernières pages.
Pour conclure, j'ai accroché à ce roman policier du début à la fin, à tel point que je compte lire les autres ouvrages de cette auteure.

 

Citation

 

"Les enquêtes sur les meurtres sont une affaire de personnages."

 

 

Vote étoiles 5 sur 5

Repost 0
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 15:37

08

Août

2011

La-Cite-des-Jarres-d-Arnaldur-Indridason.png

 

 

 

- Arnaldur Indriðason, né le 28 janvier 1961 à Reykjavik, est un écrivain islandais.

- La Cité des Jarres (Mýrin) a été publié pour la première en France en 2005 aux éditions Métailié (première édition : Edda-Publishing - Reykjavik, 2000)

 

 

La cité des Jarres - Arnaldur Indridason

Quatrième de couverture

 

Pourquoi l'inspecteur Erlendur use-t-il sa mauvaise humeur à rechercher l'assassin d'un vieil homme dans l'ordinateur duquel on découvre des photos pornographiques immondes et, coincée sous un tiroir, la photo de la tombe d'une enfant de quatre ans ? Pourquoi mettre toute son énergie à trouver qui a tué celui qui s'avère être un violeur ? Pourquoi faire exhumer avec quarante ans de retard le cadavre de cette enfant ? Comment résister à l'odeur des marais qui envahit tout un quartier de Reykjavic ? A quoi sert cette collection de bocaux contenant des organes baptisée pudiquement la Cité des Jarres ? Pourquoi partout dans le monde la vie de flic est toujours une vie de chien mal nourri ? Erlendur le colérique s'obstine à tenter de trouver les réponses à toutes ces questions. Ce livre écrit avec une grande économie de moyens transmet le douloureux sens de l'inéluctable qui sous-tend les vieilles sagas qu'au Moyen Age les Islandais se racontaient pendant les longues nuits d'hiver. Il reprend leur humour sardonique, l'acceptation froide des faits et de leurs conséquences lointaines.

                        Editions Métailié

                    de 2005, 286 pages

 

 

Mon avis

 

La Cité des Jarres nous emmène à Reykyavik avec la mort d'un vieil homme, dont il s'avère que ce serait un meurtre. L'enquête est menée par l'inspecteur Erlendur âgé d'un peu plus de cinquante ans, divorcé, père de deux enfants toxicomanes : c'est quelqu'un de déterminé et attachant !
Par ailleurs, à travers cette investigation, l'auteur traite avec habileté des sujets forts intéressants comme l'hérédité et le génome humain entre autres.
De plus, j'ai apprécié aussi les personnages de fonds ainsi que l'ambiance sombre, il n'y a pas non plus de violence et de courses-poursuites inutiles et on ne s'en plaint pas, bien au contraire cela rend ce roman unique en son genre.
Côté intrigue, elle est très bien mené, captivante et assez cohérente avec un bon dénouement même si on sait ce qu'il va se produire à la fin, mais je précise que cela ne m'a pas du tout dérangé.
Bref, cet auteur est une très belle révélation et je compte bien lire ses autres oeuvres.

 

 

Citation

 

"Quand quelqu'un disparaît en Islande, c'est pour toujours. Il n'y a jamais personne qui revienne des dizaines d'années plus tard."

 

 

Vote étoiles 5 sur 5

 

 

Remerciement

 

Je tiens à remercier Sharon qui m'a convaincu de lire cet auteur, et vraiment c'est une très belle découverte.

Repost 0
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 03:26

28

Juil

2011

La-maison-du-guet-de-Mary-Higgins-Clark.png

 

 

 

- Mary Higgins Clark est un écrivain américain [...], née le 24 décembre 1929 à New York.  

- La maison du guet (Where are the children) est paru aux éditions Albin Michel en 1984 (première édition : Simon & Schuster - USA, 1975)

 

 

La maison du guet - Mary Higgins Clark

Quatrième de couverture

 

Voulant échapper au terrible secret de son passé, Nancy a changé de nom, d'apparence et de couleur de cheveux, avant de quitter la côte Ouest et de venir s'installer à Cape Cod où elle a épousé Ray Eldredge. Sept années de bonheur se sont écoulées. Ils ont deux beaux enfants, Michael et Missy. Puis, un matin, dans le journal régional paraît un article sur un procès pour meurtre qui a fait couler beaucoup d'encre en Californie et qu'illustre la photo d'une jeune femme ressemblant étrangement à Nancy. Le jour même, Michael et Missy disparaissent mystérieusement. Le passé et le présent deviennent alors inexorablement liés. Nancy a-t-elle perdu la tête à la lecture de l'article qui la replonge brutalement dans le passé ? C'est ce que redoute la police...

La maison du guet distille un suspense "en acier" et met en place un puzzle aussi pervers que passionnant, une action encore plus rebondissante que dans la fameuse Nuit du renard.

 

                Editions Le Livre de Poche

                     de 2004, 184 pages

 

 

Mon avis

 

Même si le suspense manque un peu à l'intrigue, l'écriture reste cependant bien rythmée et nous fait passer un très bon moment.
De plus, le scénario est bien ficelé avec un récit bien construit, rendant le dénouement plus frappant.
Quant au sujet, il est très bien traité et est toujours d'actualité avec une famille attachante qu'on imagine pas être séparée.
Pour conclure, ce n'est peut-être pas mon préféré de Mary Higgins Clark mais cela dit, ça reste un très bon roman qui nous tient en haleine du début à la fin et que je conseille donc aux incontournables de cette auteure.

 

 

Citation

 

"Aujourd'hui est le premier de nos jours à venir."

 

 

Vote étoiles 4 sur 5

Repost 0
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 14:27

21

Juin

2011

Le-temps-de-la-sorciere-d-Arni-Thorarinsson.png

 

 

 

-  Arni Thorarinsson (en islandais : Árni Þórarinsson) est un écrivain islandais né le 1er août 1950 à Reykjavík [...]

- Le temps de la sorcière (Tími nornarinnar) a été publié aux éditions Métailié en 2007 (première édition : JPV  - Reykjavik, 2005) 

 

 

 

Le temps de la sorcière - Arni Thorarinsson

Quatrième de couverture

 

La vie est difficile quand on est alcoolique "en pause" et journaliste exilé, pour mauvais esprit, dans le nord de l'Islande. Pourtant, il se passe des choses dans ce grand nulle part bouleversé par la mondialisation et l'arrivée des émigrés. Un petit chien disparaît, une vieille dame téléphone pour dire que la mort accidentelle de sa fille arrange bien les affaires de son gendre. Des adolescents se suicident. Un reportage sur la troupe de théâtre du lycée est publié, et le jeune et talentueux acteur qui tient avec tant de conviction le rôle principal disparaît... Pour échapper aux chiens écrasés et aux radios-trottoirs, mais surtout pour contredire l'ambitieux rédacteur en chef qui le téléguide depuis la capitale, Einar enquête sur cette microsociété gangrénée par la corruption, la drogue et la "politique des cousins". II étudie le théâtre classique et découvre un présent inquiétant peuplé lui aussi, si on y regarde bien, de sorcières. Un roman noir plein d'humour, de vivacité et de suspense.

                     

                        Editions Métailié

                     de 2007, 332 pages

 

 

 

Mon avis

 

L'histoire du temps de la sorcière se déroule aux pays des fjords dont Arni Thorarinsson nous en dresse un tableau de la société actuelle : suicide des jeunes, alcool, drogues...
Notre héros de ce roman policier, s'avère être un journaliste du nom de Einar, ancien alcoolique ayant une femme assez particulière que je ne dévoilerai pas. Afin d'augmenter les ventes de son journal, il est muté dans le nord du pays où il part en compagnie de sa photographe, faire un premier reportage sur un accident de rafting. Dès lors commence une enquête bien laborieuse pour notre journaliste.
Certes, les enquêtes ont un peu de mal à se mettre en place mais cela ne pas du tout déranger, grâce à des personnages haut en couleurs avec lesquels on passe un très bon moment en leur compagnie.
Pour conclure, j'ai beaucoup apprécié cette lecture que je classe dans mes coups de coeur et dont je compte bien poursuivre mon aventure avec cet auteur talentueux.

 

 

Citations

 

"On croit toujours découvrir de nouvelles choses mais on en tombe en réalité que sur des reflets de nos désirs."

 

"Quand le profit pointe son nez, les profiteurs mènent le bal."

 

"Tout ce qui est sûr, c'est que rien n'est sûr."

 

"Celui qui sait avoir causé su tort à quelqu'un finit souvent par le haïr."

 

"L'avantage des sentiments, c'est qu'il nous détournent du droit chemin."

 

"Le savoir et l'innocence ne sauraient faire bon ménage."

 

 

coeur

 

 

Remerciement

 

Je tiens à remercier Sharon qui grâce à elle, m'a permis de découvrir un auteur islandais remarquable.

Repost 0
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 19:52

05

Juin

2011

Le-mari-de-Dean-Koontz.png

 

 

 

- Dean Ray Koontz (né le 9 juillet 1945 en Pennsylvanie), est un auteur américain de fictions à grand succès[...]

- Le mari (The husband) a été publié en 2011 aux éditions JC Lattès (première édition : Bantam Books - New York, 2006)

 

 

La mari - Dean Koontz

Quatrième de couverture

 

"Vous avez jusqu'à mercredi minuit. - C'est dingue ! Où est-ce que je dénicherai deux millions de dollars ? - Vous trouverez un moyen. - Ce n'est pas possible. Je ne suis qu'un simple jardinier. Je ne dois pas avoir plus de onze mille dollars à la banque. - Juste pour que vous sachiez que nous ne plaisantons pas...Vous voyez ce type sur le trottoir d'en face ?

Mitch pivota, le téléphone toujours à l'oreille, et aperçut un homme marchant avec son chien. La journée ensoleillée avait un éclat de porcelaine. Un coup de fusil déchira le calme et le promeneur au chien s'effondra, touché à la tête.

- Mercredi à minuit. Nous sommes vraiment sérieux."

 

De son ouverture tendue à son dénouement fracassant, Le mari est un thriller qui mettra à cran les nerfs du lecteur à travers chacun de ses rebondissements et de ses révélations...Après tout, il s'agit d'un roman de Dean Koontz. Et l'expérience est sans équivalent.

                       Editions JC Lattès

                     de 2011, 422 pages

 

 

Mon avis

 

Ne connaissant pas Dean Koontz, j'ai profité de ce partenariat pour le découvrir.
Dès les première pages, on rentre dans l'histoire aux côtés de Mitch au point de ressentir ce qu'il vit au fil des heures de sa situation. De plus, on apprend beaucoup sur sa famille ainsi que son éducation qui a été assez stricte.
Même si l'histoire reste tout de même assez banale et manque d'originalité, on est tout de même entraîné dans un terrain assez inattendu avec une bonne intrigue qui nous tient en haleine du début à la fin avec quelques protagonistes qui sont assez mystérieuses comme le lieutenant.
Aussi, j'ai particulièrement apprécié la façon que l'auteur a d'écrire, il utilise de très bonnes tournures de phrases qui nous donnent envie de poursuivre dans la lecture. D'autant plus que les pages se tournent assez vite avec aussi des chapitres très courts, tout en ayant un très bon rythme sans qu'il y ait des longueurs.
Bref, c'est un thriller auquel on accroche suffisamment contenant des révélations,quelques rebondissements et qui montre ce dont à quoi on est prêt à faire pour l'être aimé. Je le conseille pour les lecteurs de ce genre qui ont une âme sensible car il ne possède pas de descriptions macabres.
En conclusion, même si ce roman n'est pas un coup de cœur, je l'ai bien aimé et compte bien lire d'autres livres de cet auteur. 

 

 

Extrait

 

Un enfant peut aimer une mère incapable de l'aimer en retour, mais avec le temps il se rend compte qu'il déverse son affection non pas sur une terre fertile mais sur un bloc de marbre où rien ne saurait pousser. Il risque alors de passer sa vie dans la colère ou l'auto-apitoiement.

 

 

Citations

 

"Naître, c'est commencer à mourir. La plupart des gens vivent  en niant cette cour patiente de la mort jusqu'au moment où, parvenus à un âge avancé et criblés de maux, ils s'aperçoivent qu'elle est assise à leur chevet."

 

"La voie du sang crie de la terre jusqu'à moi."

 

"Un homme longeant un précipice a intérêt à ne pas trop regarder dans le vide."

 

"Le méchant déteste le bon simplement parce qu'il est bon."

 

"La mémoire est un filet, il regorge de poissons quand on le sort de la rivière, mais des dizaines de litres d'eau ont coulé à travers sans y rester."

 

"La proie doit apprendre à fuir et le prédateur à chasser."

 

"La modestie découle d'un manque de confiance en soi. Le manque de confiance en soi est lié à la timidité. La timidité est synonyme de faiblesse. La faiblesse est une caractéristique des débonnaires. Les débonnaires n'héritent pas la terre, ils servent ceux qui sont audacieux et sûrs d'eux."

 

"La honte n'a pas d'utilité sociale. C'est la marque d'un esprit superstitieux."

 

 

Vote étoiles 5 sur 5

 

 

Remerciements

 

Je tiens à remercier l'équipe Livraddict et les éditions JC Lattès pour cette belle découverte.

Repost 0
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 18:21

08

Avril

2011

Claire-.et-ses-ombres-de-June-Thomson.png

 

 

 

- June Thomson, née le 24 juin 1930 au Royaume-Uni, est un écrivain de livres policiers [...]

- Claire...et ses ombres (Shadow of a doubt) a été publié 1983 aux éditions La Librairie des Champs-Elysées en 1983 (première édition : Doubleday - Royaume-Uni, 1981)

 

 

Claire...et ses ombres - June Thomson

 

 

 

 

Quatrième de couverture

 

Claire Jordan a disparu. Et puis l'affaire se complique quand la jolie secrétaire de Hawton Hall est assassinée. Les patients de cette luxueuse maison de santé sont-ils simplement des hommes d'affaires fatigués ou y aurait-il parmi eux un fou dangereux ? Et le docteur Jordan est-il vraiment au-dessus de tout soupçon ?

 

 

 

 

 

 

                Editions Le Livre de Poche

                    de 1987, 188 pages

 

 

Mon avis

 

Cette auteure m'a été découverte grâce à une amie qui m'a fait cadeau de ce livre et ce fût une belle révélation.
En plus de suivre l'enquête sur la disparition de Claire et du meurtre de la secrétaire, on découvre l'ambiance qui règne au sein de la clinique où se mêlent, entre autres, l'amour et la jalousie.
De plus les personnages sont assez mystérieux et peuvent tous paraître suspects à nos yeux.
Quant à l'inspecteur Finch, un des personnages principaux qu'exploite June Thomson dans ses romans, se montre brillant et mène l'enquête avec brio, on l'appréciera notamment dans ses interrogatoires avec les différents protagonistes, qui nous permettent de faire nos propres déductions. Bref, c'est un personnage auquel on s'y attache assez vite.
Au niveau de l'intrigue, elle est assez présente et bien rythmée avec un dénouement inattendu.
En conclusion, j'ai passé un bon moment avec ce roman que je conseille aux lecteurs d'Agatha Christie car, j'ai trouvé le style d'écriture assez similaire.

 

 

Vote étoiles 4 sur 5

 

Repost 0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 14:40

03

Mars

2011

La-nuit-du-renard-de-Mary-Higgins-Clark.png

 

 

 

- Mary Higgins Clark est un écrivain américain [...], née le 24 décembre 1929 à New York.

- La Nuit du renard (A stranger is watching) est paru aux éditions le Livre de Poche en 1995 (première édition : Simon & Schuster - USA, 1977)

 

 

La nuit du renard - Mary Higgins Clark

 

 

Quatrième de couverture

 

Ronald Thompson doit mourir sur la chaise électrique. Témoin terrorisé, le petit Neil a affirmé, au cours du procès, le reconnaître comme le meurtrier de sa mère. Mais Ronald a toujours clamé son innocence. À quelques heures de la sentence, l'enfant est enlevé avec une jeune journaliste amie de son père, par un déséquilibré qui se fait appeler Renard. Il les séquestre dans la gare centrale de New York. Le kidnappeur menace de faire sauter une bombe au moment précis où le condamné sera exécuté. Existe-t-il un lien entre ces deux terribles faits divers ? Un innocent va-t-il payer pour le crime d'un autre ? Une course contre la montre s'est engagée...

 

 

 

               Editions Le Livre de Poche

                    de 1995, 221 pages

 

 

Mon avis

 

La nuit du renard c'est deux courses contre la montre se déroulant en vingt quatre heures : l'une est d'empêcher la peine de mort à une personne peut-être innocente et l'autre est de sauver Neil et Sharon aux mains d'un mystérieux kidnappeur.
Tout au long de la lecture, on s'aperçoit que chaque détails qui pouvaient paraître insignifiants, a finalement son importance.
L'écriture est fluide avec une très bonne intrigue bien rythmée, qui nous tient en haleine du début à la fin.
Les personnages, quant à eux, sont bien détaillés sur leur côté psychologique, ce qui rend ce polar réaliste.
C'est sans vous cacher que j'ai dévoré ce roman policier captivant et palpitant.

 

 

Citation

 

"Que le renard bâtisse son terrier dans ton foyer. Que la lumière s'efface de tes yeux et que jamais plus tu ne voies ce que tu aimes. Que la boisson la plus douce te soit la plus amère des coupes de chagrin..."

 

 

coeur

Repost 0
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 20:13

16

 Déc

2010

Dix petits nègres d'Agatha Christie

 

 

 

- Agatha Christie de son vrai nom Agatha Mary Clarissa Miller est née le 15 septembre 1890 à Torquay, situé dans le comté de Devon en Angleterre et meurt le 12 janvier 1976 à Wallingford (petite ville de l'Oxfordshire) en Angleterre.
- Dix petit nègres (Ten little niggers)  a été publié par les éditions Le Livre de Poche en 1991 (première édition : Collins, Royaume-Uni - 1939)

 

 

Dix petits nègres - Agatha Christie

Quatrième de couverture

 

En a-t-on parlé de l'île du Nègre !
Elle avait, selon certains bruits, été achetée par une star hollywoodienne. Quelques journaux avaient insinué que l'Amirauté britannique s'y livrait à des expériences ultra-secrètes. On avait aussi parlé d'un richissime Yankee... Bref, quand ils reçurent — sans savoir de qui — cette invitation à passer des vacances à l'île du Nègre, tous les dix — du juge au play-boy en passant par la secrétaire — accoururent. Mais, à l'île du Nègre, l'hôte mystérieux était absent et, dès le premier soir, un disque était placé sur le gramophone, les accusant chacun d'un crime. La panique s'empare des invités...
Écrit en 1940, ce chef-d'œuvre est sans doute le plus lu de tous les romans policiers : l'édition française a déjà très largement dépassé les deux millions d'exemplaires.

 

 

                 Editions Le Livre de Poche

                     de 1991, 222 pages

 

 

Mon avis

 

Dans ce roman, pas d'Hercule Poirot, ni de Miss Marple, seulement dix personnages sur l'île du Nègre, isolés de tout.
Dès les premières pages, on ne perd pas un détail de ce qui est dit sur ces dix personnes, mais dès qu'on croit trouver le suspect, celui-ci meurt et c'est comme ça à tour de rôle.
Agatha Christie, nous livre ici une intrigue très bien ficelée avec du suspense du début à la fin, dans un huis-clos plutôt angoissant.
Pour conclure, je dirai que c'est un véritable coup de cœur pour ma part.

 

 

coeur

Repost 0
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 01:38

13

 Déc

2010

Viral de Kathy Reichs

 

 

 

- Kathy Reichs est une anthropologue judiciaire, professeur d'université et auteur de romans policiers américaine née en 1950 à Chicago.
- Viral (Virals) est parût pour la première fois en novembre 2010 aux éditions Razorbill aux Etats-Unis.La version française est parût, quant a elle, quelques jours après la version originale chez Oh! éditions.

 

 

 

Viral - Kathy Reichs

Quatrième de couverture

 

A 14 ans, Victoria Brennan, nièce de la célèbre anthropologue judiciaire Temperance Brennan, vit avec son scientifique de père sur une île isolée au large de Charleston, sur la côte de Caroline du Sud. Quand elle n'est pas à Charleston pour suivre les cours du collège huppé qu'elle déteste, Victoria, dite Tory, est livrée à elle-même et à ses passions : la science, la mer, sa bande de trois copains, et surtout... les chiens-loups. Car près du centre de recherches où travaille son père, une petite meute de chiens-loups vit en liberté depuis toujours. Tory est la seule à pouvoir les approcher. Elle est donc la seule à se rendre compte que le plus jeune de la meute, Cooper, a disparu. C'est en le cherchant qu'elle trouve une plaque d'identification militaire datant de la guerre du Vietnam, près d'un tas d'os. Tory n'est pas la nièce de Temperance Brennan pour rien : elle sait que ces restes sont humains. Et pourtant, à son retour avec la police, il n'y a plus rien... Un thriller haletant qui enthousiasmera tous les fans de BONES. A lire de 13 à 99 ans et au-delà...

                    Editions Oh! éditions 

                     de 2010, 410 pages

 

 

Mon avis

 

Dès les premières pages, on est embarqué sur une île isolée au large de Charlestom en compagnie de quatre adolescents attachants, âgés d'une quinzaine d'années. Victoria Brennam dit "Tory" meneuse de sa bande, qui se compose de Shleton, Ben et Hiram, est la narratrice de ce livre.
Tory est courageuse et étant la seule fille de sa petite bande, elle les dirige très bien et ne recule devant rien bref une battante.
Une histoire très bien rythmée où nos jeunes ados mèneront deux enquêtes, mais celles-ci finiront par se rejoindre et ne formeront plus qu'une seule et même enquête.
Au cours de leurs recherches, ils se montreront courageux et l'ont perçoit que la confiance règne au sein du groupe.
Un livre écrit dans un langage familier qui est très bien approprié pour des jeunes adolescents, avec aussi une écriture bien fluide.
L'intrigue est présente tout au fil des pages, où l'on ne s'ennuie à aucun moment.
Avant de lire ce livre, je ne connaissais pas Kathy Reichs et se fût pour moi une très belle découverte.
Une lecture que je recommande vivement et que j'ai bien eu du mal à lâcher quand il le fallait.
Je ne suis pas prête d'oublier ce livre tellement il est prenant, cela faisait très longtemps que je n'avais pas été aussi prise dans un thriller.
Bref un véritable coup de cœur.

 

 

coeur

 

Remerciements

 

Un grand merci à Oh ! Éditions et Partage-Lecture pour ce superbe moment que j'ai passé en compagnie de ce livre.

Repost 0
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 18:02

26

Août

2010

Dans la rue où vit celle que j'aime de Mary Higgins Clark

 

 

- Mary Higgins Clark est un écrivain américain [...], née le 24 décembre 1929 à New York.
- Dans la rue où vit celle que j'aime (On the street where you live), publié par les éditions Le Livre de Poche en 2003 (première édition : Pocket, 2002 - USA).

 

 

 

Dans la rue où vie celle que j'aime - Mary Higgins Clark

 

Quatrième de couverture

 

En 1891, des jeunes filles disparaissent mystérieusement. Mais lorsqu'un siècle plus tard, on découvre leurs squelettes ainsi que les cadavres de mortes plus récentes, la petite ville de Spring Lake, vieille station balnéaire chic de la côte atlantique, est tétanisée. Chacun semble avoir quelque chose à cacher. Le docteur, l'agent immobilier, le restaurateur... tous paraissent suspects. Mais sont-ils pour autant coupables ?
Dans cette atmosphère d'angoisse grandissante, Emily Graham, une jeune avocate new-yorkaise, s'installe dans la maison de famille où, jadis, vécut Madeline, son ancêtre assassinée. Un homme observe ses faits et gestes. S'agit-il d'un tueur ? De mystérieux liens semblent le rattacher à toutes ces victimes du passé. Emily sera-t-elle sa prochaine cible ?

 

 

                 Editions Le Livre de Poche

                     de 2003, 383 pages

 

 

Mon avis

 

Ce roman m'a tenu en haleine du début à la fin avec la question posée pour les lecteurs: L'assassin est-il ou pas la réincarnation du meurtrier qui a vécu plusieurs siècles auparavant ?
De plus le suspens est prolongé avec le nombre de suspects possible qui aurait pu commettre ces meurtres. Au fil des pages, on cherche à découvrir "ce" ou "ces" tueur(s) en série et ce n'est qu'aux toutes dernières pages que l'on a le dénouement.
Pour ma part c'est le deuxième roman de Mary Higgins Clark que je lis après "Nous n'irons plus au bois" et c'est encore un véritable coup de cœur.
Un excellent thriller que je conseille vivement à tous.

 

 

coeur

Repost 0

Accueil

Un-cadavre-dans-la-bibliotheque---Agatha-Christie.jpg

Bonjour et bienvenue

 

 

J'ai crée ce blog pour partager mes lectures, mes avis et aussi avoir les vôtres, alors n'hésitez pas à laisser parler votre plume.

 

 

Je vous souhaite à tous un agréable moment sur mon blog, et de bonnes lectures.

Lecture du moment

 

 

Conseil :      - Pour faciliter votre navigation, je vous conseille de passer par le menu : Mes lectures.

                     - Pour vous tenir informer des modifications importantes, inscrivez-vous à la Newsletter.

 

Contact :     - Pour me joindre, vous pouvez le faire par ce formulaire.

 

 

 21 840 visites

          60 167 pages vues

 

 

Post-it_pile-a-lire.png

  Mise à jour le 28/04/2013


Post-it_mes-emprunts.png

 

 

 


 

 

Post-It_News.png

- Suivre Univers des Livres sur Facebook