Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 14:40

03

Mars

2011

La-nuit-du-renard-de-Mary-Higgins-Clark.png

 

 

 

- Mary Higgins Clark est un écrivain américain [...], née le 24 décembre 1929 à New York.

- La Nuit du renard (A stranger is watching) est paru aux éditions le Livre de Poche en 1995 (première édition : Simon & Schuster - USA, 1977)

 

 

La nuit du renard - Mary Higgins Clark

 

 

Quatrième de couverture

 

Ronald Thompson doit mourir sur la chaise électrique. Témoin terrorisé, le petit Neil a affirmé, au cours du procès, le reconnaître comme le meurtrier de sa mère. Mais Ronald a toujours clamé son innocence. À quelques heures de la sentence, l'enfant est enlevé avec une jeune journaliste amie de son père, par un déséquilibré qui se fait appeler Renard. Il les séquestre dans la gare centrale de New York. Le kidnappeur menace de faire sauter une bombe au moment précis où le condamné sera exécuté. Existe-t-il un lien entre ces deux terribles faits divers ? Un innocent va-t-il payer pour le crime d'un autre ? Une course contre la montre s'est engagée...

 

 

 

               Editions Le Livre de Poche

                    de 1995, 221 pages

 

 

Mon avis

 

La nuit du renard c'est deux courses contre la montre se déroulant en vingt quatre heures : l'une est d'empêcher la peine de mort à une personne peut-être innocente et l'autre est de sauver Neil et Sharon aux mains d'un mystérieux kidnappeur.
Tout au long de la lecture, on s'aperçoit que chaque détails qui pouvaient paraître insignifiants, a finalement son importance.
L'écriture est fluide avec une très bonne intrigue bien rythmée, qui nous tient en haleine du début à la fin.
Les personnages, quant à eux, sont bien détaillés sur leur côté psychologique, ce qui rend ce polar réaliste.
C'est sans vous cacher que j'ai dévoré ce roman policier captivant et palpitant.

 

 

Citation

 

"Que le renard bâtisse son terrier dans ton foyer. Que la lumière s'efface de tes yeux et que jamais plus tu ne voies ce que tu aimes. Que la boisson la plus douce te soit la plus amère des coupes de chagrin..."

 

 

coeur

Repost 0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 18:09

27

Fév.

2011

La-planete-des-singes-de-Pierre-Boulle.png

 

 

 

- Pierre Boulle est né le 21 février 1912 à Avignon et mort le 30 janvier 1994 à Paris

- La planète des singes a été publié pour la première fois aux éditions Julliard en 1963.

 

 

La planète des singes - Pierre Boulle

 

 

 

Quatrième de couverture

 

En l'an 2500, le professeur Antelle, Arthur Levain et Ulysse Mérou quittent la Terre. Ils s'embarquent sur leur vaisseau cosmique, direction la supergéante Bételgeuse. En la survolant, ils ont la surprise de découvrir des villes, des maisons, des forêts... Une planète jumelle de la Terre ? À une différence près : ici, les singes règnent en maîtres et les hommes vivent à l'état sauvage, quand ils ne sont pas en cage. Qu'est-il donc advenu de l'espèce humaine ?

 

 

 

 

 

                         Editions Pocket

                     de 2004, 223 pages

 

 

Mon avis

 

Un livre d'une écriture assez simple et qui nous pousse à bien des réflexions.
Cette histoire nous transporte sur une planète proche de Bételgeuse, nommé Soror, où la société est hiérarchisée par des singes dotés de la parole et avec une technologie presque aussi bien avancée que celle des Terriens.
Quant aux hommes, ce sont devenus des "bêtes" : ils sont nus et avec un comportement bestiale.
Tout ceci, nous permet d'avoir un regard critique sur le comportement humain, puisqu'ici ce sont les singes qui sont les maîtres.
A travers ce roman, Pierre Boulle, nous sous-entend que Soror est notre futur après une guerre atomique.
En conclusion,j'ai beaucoup apprécié cette fiction, qui est basée sur l'inversement de la relation entre l'homme et le singe, qui est contraire sur notre planète Terre.

 

 

Citation

 

"Des hommes raisonnables? Des hommes détenteurs de la sagesse? Des hommes inspirés par l'esprit?... Non, ce n'est pas possible; là, le conteur a passé la mesure."

 

 

coeur

Repost 0
Published by Céline - dans Science-fiction
commenter cet article
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 12:06

17

Fév.

2011

Qu'ils s'en aillent tous ! de Jean-Luc Mélenchon

 

 

 

- Jean-Luc Mélenchon après 40 ans d'adhésion au parti socialiste, est fondateur du Parti de Gauche, et  ...

- Qu'ils s'en aillent tous ! a été publié aux éditions Flammarion en octobre 2010.

 

 

 

Qu'ils s'en aillent tous ! - Jean-Luc Mélanchon

 

Quatrième de couverture

 

"Qu'ils s'en aillent tous!" Demain, des millions de gens iront prendre aux cheveux les puissants, excédés de les voir saccager notre pays et condamner la population de la cinquième puissance économique du monde au recul de tous ses acquis sociaux. Ils le feront, révulsés par les moeurs arrogantes des amis de l'argent, non seulement ce Président et son gouvernement, mais aussi toute l'oligarchie : les patrons hors de prix, les sorciers du fric qui transforment tout ce qui est humain en marchandise, les financiers qui vampirisent les entreprises, les barons des médias qui ont effacé des écrans le peuple. Du balai ! Ouste ! De l'air ! Je souhaite une révolution "citoyenne" en France pour reprendre le pouvoir à l'oligarchie, au monarque présidentiel, et à l'argent roi. Qui veut vraiment chambouler la société doit savoir comment et pour quoi faire. Mon croquis est là pour ça. Pour pouvoir débattre. Partager un enthousiasme. Et donner envie.

 

                     Editions Flammarion

                     de 2010, 142 pages

 

 

Mon avis

 

Jean-Luc Mélenchon présente un livre qui se lit facilement avec une écriture simple. En partant de la situation actuelle, il propose et argumente ses solutions pour l'avenir, et montre une toute autre façon de gouverner la France, qui est très intéressante pour aiguiser son esprit critique.

 

 

Pour commencer, j'apprécie sa vision de la France telle qu'il la conçoit, c'est-à-dire que les citoyens donneraient leurs opinions par les urnes sur divers sujets, et donc participeraient à son avenir. Car aujourd'hui on subit le système, qu'on le cautionne ou pas, bref on nous ignore !

 

Voici quelques idées que j'ai retenu, et sur lesquelles je suivrais volontier le débat :

 

Concernant la répartition des richesses, l'idée d'augmenter la part de la valeur ajoutée revenant au travail et d'instaurer un revenu maximum (entre autres) éviterait un écart de richesse important entre la France d'en-haut et celle d'en-bas. Par exemple, un patron souhaitant augmenter son salaire, serait dorénavant obligé d'augmenter proportionnellement celui de tous ses employés. Je ne sais pas ce que vous en pensez ?

Il dénonce aussi le comportement des sportifs professionnels qui sont beaucoup trop payés et qu'ils se plaignent d'avoir à trop en rendre au pays, à l'image de Nicolas Anelka. Ce dernier déclara en décembre 2009 : « J'aimerais bien vivre en France, mais il y a un problème de fiscalité. Je ne veux pas jouer au foot et payer 50% de ce que je gagne». Qui est-il, à part quelqu'un qui doit tout au contribuable français (formé par l'Institut national du foot), et à qui nous avons sauvé la carrière par une « coûteuse réparation de ses graves blessures aux genoux payée par la Sécurité sociale ». Quel ingrat !

 

Beaucoup trouveront important de prendre en compte l'écologie, et comme eux  je souhaiterai laisser à mes futurs petits-enfants, une planète de qualité comme me l'ont laissé mes grands-parents.

Dans cette partie, il propose entre autres une relocalisation des activités afin de cesser le libre échange (mirage économique), car on émet du CO² non seulement pour produire toujours plus de biens, mais aussi pour les transporter sur des distances toujours plus longues : « A-t-on vraiment besoin d'importer des asperges du Pérou et des tomates d'Israël alors que nous savons parfaitement les produire en France? ». Il faut également remplacer les camions par les trains en rétablissant le ferroutage : « pas un camion sur la route entre la frontière belge et les frontières espagnole et italienne : un réseau ferré dense et fin a déjà existé dans notre pays ». Les impacts économiques liés sont aussi mis en avant.

 

Il me paraît intéressant aussi, qu'il souhaite sortir du nucléaire « certes avec des efforts de techniques, d'inventions et de productions », mais il a été convaincus par les techniciens et ingénieurs pour qui la ressource géothermique peut prendre le relais de la production assurée par le nucléaire.

 

On aime ou pas le personnage et ses choix, chacun est libre d'avoir ses propres opinions. Mais j'ai trouvé qu'il exprime ses idées honnêtement, et sans langue de bois (rarissime dans le domaine de la politique professionnelle). Enfin un peu d'humanisme dans ce monde de brute.

Repost 0
Published by Céline - dans Politique
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 17:21

14

Fév.

2011

Ukumbusho---La-memoire-de-la-foret-de-Jackie-Macri.png

 

 

 

- Jackie Macri vit dans le sud de la France. Elle partage son temps entre l'écriture et l'animation d'une compagnie théâtrale.

- Ukumbusho : la mémoire de la forêt, a été publié en janvier 2011 aux éditions Calleva.

 

 

Ukumbusho, La mémoire de la forêt - Jackie Macri

Quatrième de couverture

 

Au pied des volcans, bien loin de tout axe routier, un campement Batwa se prépare à la veillée. Ce soir, comme tous les soirs depuis fort longtemps, la communauté s'est réunie pour écouter l'Ancien, celui qui transmet l'ukumbusho : la mémoire, ce feu allumé aux temps passés pour éclairer le futur.
Il raconte cette histoire où il est question d'enfant, de gorilles, et de l'aube qui renouvelle la vie.
Cette histoire où la colère de la montagne a précipité les uns vers les autres tous ceux qui évitaient de se croiser : les hommes et les animaux, les pères blancs et les chefs noirs, les adultes et celui qui, bientôt, va devenir un homme.
Dans cette confrontation, à l'ombre de la montagne qui fume, les souvenirs disséminés se rassembleront, pour dire l'histoire qui les lie tous.
Car l'ukumbusho rappelle que, dans ce monde, nous somme liés les uns aux autres.

                  

                        Editions Calleva

                    de 2011, 123 pages

 

 

Mon avis

 

L'auteur de ce livre nous raconte à travers un récit narrer par l'Ancien du peuple Batwa à son peuple, l'histoire d'un jeune chasseur qui ira à la rencontre d'une vielle poongo, nom donné au gorille par Andrew Battell en 1625.
A travers cette histoire émouvante, on voit que tout êtres vivants est liés les uns et les autres. Comme nous montre ce roman, le jeune chasseur et la vieille poongo ne communiquent pas de la même façon mais pourtant, ils se comprennent.
Quant à l'écriture de ce court récit, je l'ai trouvé fluide et simple, dégageant beaucoup d'émotions avec des protagonistes très attachants.
Néanmoins, j'ai trouvé que le chapitre : "Quelques notes pour en savoir plus" à la fin du livre aurait plus sa place au début, afin de faciliter la lecture, car on est pas tous censé savoir que "poongo" est un nom désignant "gorille".
Malgré cela, j'ai passé un agréable moment de lecture en compagnie de ce roman qui se lit très vite.

 

 

Citation

 

"Il faut toujours se servir du passé pour préparer le futur."

 

 

Vote étoiles 4 sur 5

 

 

Remerciements

 

Je tiens à remercier Blog-O-Book ainsi que les éditions Calleva (qui m'ont même adressé une carte en me souhaitant une bonne lecture), de m'avoir sélectionné pour la lecture de ce livre.

Repost 0
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 15:46

12

Fév.

2011

Fedeylins--T1-Les-rives-du-monde-de-Nadia-Coste.png

 

 

 

- Nadia Coste est née en 1979, sur les bords du Rhône.

- Fedeylins, T1 : Les rives du monde, est à paraître le 3 mars 2011, aux éditions Gründ.

 

 

 

Fedeylins, T1 - Les rives du monde - Nadia Coste

 

 

Quatrième de couverture

 

Comme tous les fedeylins, petits être ailés vivant au bord d'une mare qui constitue leur monde, Cahyl éclot sur un nénuphar. Comme tous les fedeylins, il doit braver la noyade et de dangereux poissons avant d'atteindre le rivage. Comme tous les survivants de cette première épreuve, Cahyl se présente devant les Pères Fondateurs, avide de connaître la caste choisie pour lui et l'avenir tout tracé qui l'attend. Mais Cahyl est différent : il lui manque la marque qui le lierait à son destin. Son existence même fait trembler les bases de sa société et cela, tout le monde n'est pas prêt à l'accepter.

 

 

 

 

     Editions Gründ (épreuves non corrigées)

                       de 2011, 421 pages

 

 

Mon avis

 

Tout d'abord, j'ai trouvé que les extraits de textes des fondateurs en début de chaque chapitres, est un vrai plus pour cette lecture, effectivement ils nous apportent des connaissances sur la société Fedeyline.
Ensuite, dès les premières pages, on s'attache à ce petit larveylin, si fragile et différent des autres, il va nous faire découvrir son monde. Bref, on entre très vite dans l'histoire.
Tout au long de ce livre, il va chercher sa place dans cette société à cause de son manque de "marque", mais c'est grâce à son "seul" ami, un gorderive, créature de la mare, qu'il va se sentir moins seul et aussi se dévoiler. Mais voilà, même si un pacte de non-agression a été signé il y a 300 ans, entre les deux peuples (les gorderives et les feydelins), ils ne doivent en aucuns cas cohabiter ensemble, ni se côtoyer.
L'écriture de ce roman est très agréable, les pages défilent très vite et c'est un véritable plaisir que de suivre Cahyl au fil des saisons, et à travers ses apprentissages.
Le thème principal évoqué est la différence par rapport à autrui; bien sûr l'amour et l'amitié sont aussi au cœur de cette histoire.
Nadia Coste a utilisé un très bon vocabulaire pour nous décrire cet autre monde, dans lequel on y entre assez vite et qu'on a dû mal à en ressortir.
La fin, dont je ne dévoilerai pas, est assez surprenante, et attise mon envie de poursuivre mon expédition aux côtés de Cahyl, donc vivement la suite...

 

 

Citations

 

"La méditation est le fondement de la concentration. Et la concentration l'élément principal du vol."

 

" Être fedeylin, c'est accepter."

 

 

coeur

 

 

Remerciements

 

Je remercie vivement Pauline et les éditions Gründ pour la découverte de ce merveilleux livre.

Repost 0
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 15:46

08

Fév.

2011

Je-voudrais-que-quelqu-un-m-attende-quelque-part-d-Anna-Gav.png

 

 

 

- Anna Gavalda vit dans la région parisienne [...], née le 9 décembre 1970 

- Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part a été publié pour la première fois aux éditions "Le Dilettante" en 2009.

 

 

 

Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part - Anna Gav

 

 

 

Quatrième de couverture

 

Les personnages de ces douze nouvelles sont pleins d'espoirs futiles, ou de désespoir grave. Ils ne cherchent pas à changer le monde. Quoi qu'il leur arrive, ils n'ont rien à prouver. Ils ne sont pas héroïques. Simplement humains. On les croise tous les jours sans leur prêter attention, sans se rendre compte de la charge d'émotion qu'ils transportent et que révèle tout à coup la plume si juste d'Anna Gavalda. En pointant sur eux ce projecteur, elle éclaire par ricochet nos propres existences.

 

 

 

 

                        Editions J'ai lu 

                    de 2005, 156 pages

 

 

Mon avis

 

Anna Gavalda nous livre ici un recueil de douze nouvelles sur des sujets du quotidien, aussi bien des peines que des moments de bonheur, dans lesquelles on s'y retrouve ou bien on y voit des proches.
Tantôt le narrateur est une femme, tantôt c'est un homme mais tous ces personnages sont ordinaires.
Ce livre est écrit dans un style clair et épuré, il est impossible de lire une nouvelle sans l'avoir terminé et parfois-même, le dénouement est inattendu.
Je le conseille vivement, c'est rafraichissant : un vrai cocktail d'humour et de réalisme.

 

 

Citations

 

"Vingt ans. Cet âge décourageant où l’on croit encore que tout est possible. Tant de probabilités et tant d’illusions. Tant de coups à prendre dans la figure aussi."

 

"L'important, ce n'est pas le lieu où on se trouve, c'est l'état d'esprit dans lequel on est."

 

"Regardez une femme enceinte : vous croyez qu’elle traverse la rue ou qu’elle travaille ou même qu’elle vous parle. C’est faux. Elle pense à son bébé"

 

 

Vote étoiles 5 sur 5

Repost 0
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 18:03

06

Fév.

2011

Bal de givre à New-York de Fabrice Colin

 

 

 

- Fabrice Colin, né le 6 juillet 1972, est un écrivain français.[...] Il est l'auteur de romans pour adultes, de romans pour la jeunesse et de nouvelles.

- Bal de givre à New York a été publié en janvier 2011 aux éditions Albin Michel (collection : Wiz)

 

 

 

Bal de givre à New-York - Fabrice Colin

 

 

Quatrième de couverture

 

Depuis l'accident, je ne me souviens plus de rien.

Je sais juste que je m'appelle Anna.

Tout est beau, blanc, léger autour de moi.

Pourtant, je sens qu'il y a quelques chose qui ne va pas.

Que je suis en danger.

Il faut que je me souvienne.

 

 

 

 

 

 

                   Editions Albin Michel

                    de 2011, 293 pages

 

 

Mon avis

 

Dès les premières pages, on est happé par l'histoire. Aucun temps mort, tout s'enchaîne vite.
Malgré ce que l'on pourrait croire, ce roman est loin d'être une histoire à l'eau de rose. C'est avant tout un livre plein de suspens, où l'héroïne est en quête sur son identité.
Fabrice Colin, nous plonge ici dans un tout autre "New-York", où le givre est roi et les immeubles sont de glaces : on est transporté dans un conte de fées moderne.
Quant aux personnages, ils sont vraiment tous intéressants, que ce soit l'héroïne, le majordome, la clocharde... ils apportent tous quelques choses à cette très belle histoire.
J'ai été vraiment séduite par ce roman qui est une lecture remplie de poésies.
Bal de givre à New-York est un véritable coup de cœur pour moi et je pense qu'il ravira aussi bien les plus âgés que les jeunes, par cette ambiance énigmatique.

 

 

Extrait

 

"Les toits de New York, sur les bords de l'Hudson, dessinaient sous la brume un patchwork éblouissant. Partout, des géants d'acier et de verre se frayaient un chemin vertical entre des lacis de ponts aériens. Des faisceaux argentés fouaillaient le ciel.
La tour Seth-Smith se dressait là-bas, sur les bords d'un Central Park constellé de lacs obscurs, rayé de routes lumineuses. Un jeu de construction titanesque, voilà ce qu'était devenu New York, et sur ce plateau minéral, un homme - mon père - avait tracé des lignes, jeté des passerelles, déroulé des toits plus larges que le monde."

 

 

Citations

 

"Tu es venue ici parce que l'avenir sans lui te paraît impossible."

 

"Nous aussi, et le monde qui peine, nous passons :

Mais là, parmi les âmes qui tournoient

Avant de s'effacer comme les eaux promptes

De l'hiver incolore, là, parmi

Les étoiles qui passent, cette autre écume,

Un visage survit , une solitude. " (W.B. Yeats - La Rose du monde)

 

 

coeur

 

Remerciement

 

Un grand merci à Pauline pour le prêt de ce merveilleux livre, qui m'a transporté dans un tout autre univers.

Repost 0
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 14:39

04

Fév.

2011

La-legende-d-Aquazuria-de-Brigitte-Cassette.png

 

 

 

- Brigitte Cassette est née en 1958, à Croix, dans une petite agglomération lilloise [...] Aujourd'hui, elle est membre d'un journal local.

- Les illustrations sont de Aria Parmentier, née à Dinant (Belgique) en 1985. Actuellement infographiste pré-presse, elle réussit à allier son emploi avec ses propres illustrations.

- La légende d'Aquazuria a été publié en octobre 2010 aux éditions A Contresens.

 

 

La légende d'Aquazuria de Brigitte Cassette

 

Quatrième de couverture

 

Quel esprit malfaisant fait-il planer son ombre sur la paisible cité d’Aquazuria ? Quel plan machiavélique met-il en péril la vie de ses habitants ? Ni Louis le boulanger, ni Stanislas le bûcheron, ni même Anselme le chef respecté, ne se doutent qu’ils vont être la proie d’une machination cruelle, orchestrée par la plus ténébreuse des sorcières…

En nous offrant ce récit, Brigitte Cassette s’inscrit dans la ligne pédagogique et éducative des éditions À Contresens. Bien qu’appartenant aux légendes, son ouvrage met avec habileté les jeunes lecteurs face à l’une des questions essentielles de notre temps : le « prix de l’eau ».

 

 

 

                   Editions A Contresens

                     de 2010, 174 pages

 

 

 

Mon avis

 

Ce court roman ressemble à un conte, en effet, les personnages telle que la sorcière, le décor, l'or qui coule de la fontaine sont réunis afin de séduire aussi bien les grands comme les petits.
Je pense tout de même, que pour les plus jeunes, âgés de 9 à 11 ans, le vocabulaire est un peu trop recherché pour eux.
Sinon, j'ai trouvé que ce livre est bien d'actualité, en montrant que l'argent ne fait pas tout, qu'il y a aussi des choses plus importantes pour la survie de l'homme, dans ce récit il est question de l'eau.
Effectivement, les villageois devenus égoïstes sous l'emprise de l'or, oublient à quel point l'eau est primordiale et qu'elle n'a pas de prix.
Brigitte Cassette, a su à travers ce récit,qui se lit très bien et assez vite, nous donner une bonne leçon de vie.
Côté personnages, ils sont très attachants et l'intrigue est quand même présente même si l'on sait d'avance que ça finira bien, comme toutes histoires de ce genre.
J'ai aussi trouvé intéressant d'avoir mis les illustrations en début de chapitre, qui nous donne un aperçu de ce qui va se produire.
En conclusion, j'ai passé un très bon moment avec ce roman que je conseille aux plus jeunes comme aux plus grands, ayant gardés une âme d'enfant.

 

 

Illustrations

 


La légende d'Aquazuria (1)

La-legende-d-Aquazuria--2-.jpg

La-legende-d-Aquazuria--3-.jpg










 

 

Vote étoiles 5 sur 5

 

 

Remerciements

 

Un grand merci à Livraddict et aux éditions A Contresens de m'avoir sélectionné pour ce livre.

Repost 0
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 12:50

02

Fév.

2011

Jeux-de-surprises-a-la-cour-du-Roi-Soleil-d-Arthur-Tenor.png

 

 

 

- Arthur Ténor, [...] né en Bourbonnais en 1959, est un auteur de livres pour la jeunesse depuis 1997. Ancien instituteur, il présente ses romans à un éditeur qui lui conseille de s'intéresser au jeune public, conseil qu'il suit avec succès.

- Les illustrations sont  de Jérôme Brasseur, né en 1970. Très jeune, il est attiré par le dessin et dessine tout le temps.

- Jeux de surprises à la cour du Roi-Soleil a été publié en mai 2005 aux éditions Gallimard Jeunesse.

 

 

Jeux de surprises à la cour du Roi Soleil - Arthur Ténor

 

 

 

Quatrième de couverture

 

Paris, 1683. Jocelyn, petit-fils de savetier, est bien décidé à sauver son grand-père de la ruine. Dans la rue s'avance un carrosse, sans réfléchir Jocelyn bondit sur le marchepied et demande une pièce d'or ! Le jeune duc du Maine, fils du Roi-Soleil, accepte à condition que Jocelyn lui prépare une surprise pour le distraire... Découvrez les coulisses et les splendeurs du château de Versailles.

 

 

 

 

 

 

                     Editions Folio Junior

                     de 2005, 108 pages

 

 

Mon avis

 

Cette histoire se déroule dans le château de Versailles, avec une intrigue pleine d'esprit et de très jolies illustrations.

L'auteur nous décrit très bien les lieux tels les appartements et les jardins, au point où l'on s'y croirait.

Quant à Jocelyn, je l'ai trouvé très attachant et surtout, il ne manque pas d'audace.

Défis et amitié sont au rendez-vous dans ce somptueux château.

En conclusion, j'ai passé un agréable moment en compagnie de ce court roman.


 

Illustrations.png

 


Jeux de surprises à la Cour du Roi-Soleil (1)


Jeux-de-surprises-a-la-cour-du-Roi-Soleil--3-.png










 

 

Vote étoiles 5 sur 5

 


Remerciement

 

Je tiens à remercier  Pauline pour le prêt de ce livre avec lequel j'ai passé un agréable moment.

Repost 0
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 14:47

28

Janv

2011

Les mystères de Sienne de Frédéric Jeanjean

 

 

 

- Les mystères de Sienne a été publié en décembre 2010 aux éditions Kyklos.

 

 

Les mystères de Sienne - Frédéric Jeanjean

 

Quatrième de couverture

 

A Sienne, de nos jours, deux frères au tempérament opposé sont amenés à enquêter sur les traces d'une mystérieuse école d'alchimie disparue depuis le XVI ème siècle.
Propulsés au coeur même d'énigmes liées au savoir ancestral, Luca et Francesco auront-ils suffisamment d'habileté pour déjouer les pièges et surmonter les difficultés afin de retrouver l'école d'Antélius, dont les origines se perdent dans la nuit des temps.
Recoupant les connaissances expérimentales des premiers alchimistes et les acquis de la génétique moderne, l'auteur nous livre un grand roman d'aventures à la croisée des chemins entre science, histoire, ésotérisme et spiritualité.

 

 

 

                        Editions Kyklos

                    de 2010, 361 pages

 

 

 

Mon avis

 

Ce livre est un très bon roman historique à la fois scientifique et ésotérique, se déroulant à Sienne, un lieu chargé d'histoire. Tout commence, quand Paolina trouve dans son appartement un vieux grimoire et des inscriptions sur son mur bien étranges, à partir de là, les deux frères vont s'intéresser à l'école d'Antélius, en passant par l'évolution des hommes, aux religions, par les Etrusques et aussi par les expérimentations sur infiniment petit : l’ADN.
Quant aux protagonistes, je les ai trouvé sympathiques, comme Luca cet antiquaire qui est aussi un Don Juan, ou bien aussi Francesco un historien toujours plongé dans ses livres.
Un roman très bien écrit et bien explicatif mais avec tout de même des passages longs et sans intérêts comme par exemple des courts chapitres sur le football.
Autre remarque aussi, j'ai trouvé que la mission de Luca donnée par Bertolini est bien trop facile, il récupère assez vite la pièce du triptyque, idem pour la quête dans la cathédrale où il y trouve "Le Caravage". J'aurai voulu qu'il y ait plus de rebondissements.
Ceci dit, j'ai tout de même aimé ce livre, à la fois bien détaillé et cultivant, de plus l'alchimie est un sujet qui m'intéresse.

 

 

Vote étoiles 4 sur 5

 

 

Remerciements

 

Un grand merci aux éditions Kyklos et à l'équipe de Partage-Lecture de m'avoir sélectionné pour la lecture de ce roman avec lequel j'ai passé un bon moment.

Repost 0
Published by Céline - dans Romans historiques
commenter cet article

Accueil

Un-cadavre-dans-la-bibliotheque---Agatha-Christie.jpg

Bonjour et bienvenue

 

 

J'ai crée ce blog pour partager mes lectures, mes avis et aussi avoir les vôtres, alors n'hésitez pas à laisser parler votre plume.

 

 

Je vous souhaite à tous un agréable moment sur mon blog, et de bonnes lectures.

Lecture du moment

 

 

Conseil :      - Pour faciliter votre navigation, je vous conseille de passer par le menu : Mes lectures.

                     - Pour vous tenir informer des modifications importantes, inscrivez-vous à la Newsletter.

 

Contact :     - Pour me joindre, vous pouvez le faire par ce formulaire.

 

 

 21 840 visites

          60 167 pages vues

 

 

Post-it_pile-a-lire.png

  Mise à jour le 28/04/2013


Post-it_mes-emprunts.png

 

 

 


 

 

Post-It_News.png

- Suivre Univers des Livres sur Facebook